Le président a demandé de licencier Addai-Mensah en tant que PDG de KATH

Maria

Prosper Kay

La présidence a reçu une pétition d'un groupe appelant à une enquête sur des allégations de détournement aveugle et de violations des lois sur les marchés publics à l'hôpital universitaire Komfo Anokye (KATH).

Ils soutiennent que le professeur Otchere Addai-Mensah a fait preuve d'incompétence dans la gestion hospitalière et devrait donc être démis de ses fonctions.

Dans une pétition de six pages signée par leur avocat principal Kwame Adofo, les pétitionnaires, qui sont des membres du personnel de l'hôpital, ont exposé plusieurs raisons pour plaider en faveur du retrait rapide du professeur Otchere Addai-Mensah de son poste de directeur général.

Selon les pétitionnaires, le professeur Addai-Mensah a démontré sans équivoque qu'il n'avait pas la bonne moralité nécessaire pour occuper le poste de directeur général de l'hôpital.

Ils allèguent que le 4 juillet 2023, le professeur Addai-Mensah a signé un chèque de cent mille cédis ghanéens (100 000 GH¢), affirmant qu'il s'agissait de préparatifs et de documents liés aux engagements avec la National Health Insurance Authority (NHIA). Cependant, une enquête du journal Chronicle publiée le 13 octobre 2023 n’a révélé aucune preuve de tels engagements.

De plus, le même jour, le professeur Addai-Mensah a signé un autre chèque de quatre-vingt mille cédis ghanéens (80 000 GH¢) pour des raisons similaires à celles du premier chèque.

En outre, le 14 août 2023, le professeur Addai-Mensah a signé un chèque de cent vingt mille cédis ghanéens (120 000 GH¢) pour une prétendue réunion avec des dirigeants clés de la santé à Accra, qui, selon les pétitionnaires, n'a jamais eu lieu.

Les pétitionnaires soutiennent que ces retraits ont été effectués illégalement, contournant les processus de paiement habituels de l'hôpital.

De plus, ils accusent le professeur Addai-Mensah d'utiliser le prince Ankomah Kissi, chef comptable adjoint au département d'obstétrique et de gynécologie (O&G), comme canal pour siphonner les fonds des hôpitaux. Ils affirment que des contrats ont été attribués à l'entreprise du prince Ankomah Kissi, Prinky Star Enterprise, pour un montant total de plus de trois cent quarante mille cédis (340 000 GH¢), et payés rapidement tandis que d'autres fournisseurs attendent des mois, voire des années, pour être payés.

Les pétitionnaires estiment que le professeur Addai-Mensah a utilisé à tort le nom d'Otumfuo Osei Tutu II pour solliciter des fonds pour le projet de rénovation de l'hôpital, « Heal Komfo Anokye », sans fournir aucun compte rendu des fonds au conseil d'administration du KATH.

Ils accusent également le PDG d'avoir créé un compte sous le nom de « Heal Komfo Anokye » avec lui-même comme signataire, en violation de la loi sur la gestion des finances publiques de 2016 (loi 921).

Ils affirment en outre que le professeur Addai-Mensah a reçu une indemnité journalière de six mille quatre-vingt-dix dollars (6 090 dollars) pour un voyage et a tenté de retirer un million cinq cent soixante-quinze mille cédis (1 575 000 GH¢) du compte du pool KATH. , qui, selon eux, était destiné au programme d'investissement dans les soins de santé primaires.

Les pétitionnaires exhortent le président à examiner attentivement leur pétition avant que les fonds de l'hôpital ne soient encore épuisés.