Laura Kaswira : Moment d’émotion alors qu’une doctorante abattue par un policier de Nakuru est enterrée

Maria

Laura Kaswira : Moment d'émotion alors qu'une doctorante abattue par un policier de Nakuru est enterrée
  • Laura Atamba Kwasira a succombé à ses blessures par balle ; la balle aurait été tirée par un policier du poste de police de Nakuru
  • Ses parents ont demandé à la police d’accélérer l’enquête afin d’obtenir justice pour leur fille.
  • Le père de Laura, Josephat Kwasira, a appelé le gouvernement à mettre en place des directives strictes pour la délivrance d’armes à feu aux policiers.

Amos Khaemba, journaliste à TUKO.co.ke, apporte plus de trois ans d’expérience dans la couverture de la politique et de l’actualité au Kenya.

Kakamega – Une femme d’affaires qui a été abattue par un policier dans un lieu de divertissement à Nakuru a été enterrée.

Laura Atamba Kwasira a été enterrée dans leur maison rurale du village de Burimbulli, sous-emplacement de Shirulu, emplacement de Shihuli, circonscription de Shinyalu, comté de Kakamega, le samedi 23 décembre.

Lors de l’enterrement, il y a eu des moments d’émotion lorsque les membres de la famille proche ont demandé justice.

La famille de Laura Kwasira réclame justice

Son père, Josephat Kwasira, a demandé au gouvernement d’établir des critères fermes pour l’attribution d’armes à feu aux policiers.

« Mon expérience me dit que c’est plus douloureux que de perdre un père ou une mère. Nous demandons au gouvernement de savoir à qui donner les armes pour éviter de tels événements à nos belles filles et garçons », a déclaré Josephat Kwasira.

La mère de Laura, Tabitha Kwasira, a déclaré que sa fille avait subi de graves blessures aux organes internes et que sa survie lui aurait valu d’immenses souffrances.

« Ma fille a été très blessée et, alors que nous pensions qu’elle irait mieux après son opération, ce n’est pas le cas.

J’ai décidé d’assister à l’autopsie de ma fille parce que je n’obtenais pas de rapports de qualité sur ce qui l’avait tuée. Son estomac, ses intestins, son pancréas, sa vessie et son utérus ont été détruits, donc même si elle avait vécu, elle aurait souffert », a déclaré Tabitha.

Laura, qui laisse derrière elle deux enfants, a succombé aux blessures par balle d’un policier dans ses locaux professionnels le 13 décembre.

Comment une facture de 16 000 KSh a conduit à une fusillade mortelle à Nakuru

Comme indiqué précédemment, l’officier, identifié comme Nicholas Musau, basé au poste de police central de Nakuru, a abattu une barmaid au Vega Club.

Au cours de la bagarre, trois autres personnes ont été blessées, parmi lesquelles Laura, et sont actuellement soignées à l’hôpital de niveau 5 de Nakuru.

Selon le rapport de police, Musau s’est disputé avec la barmaid, qui lui avait demandé de régler une facture de 16 000 KSh pour les boissons qu’il avait prises.

À la suite de la dispute, le suspect a ouvert le feu, blessant mortellement la barmaid, identifiée comme Ann Maina, et laissant trois autres personnes blessées par balle avant de s’enfuir.

«Il s’est disputé avec les barmaids dudit bar à propos des factures des boissons qu’il avait prises. Au cours du processus, une bagarre s’est ensuivie et le policier a mortellement blessé ladite barmaid, à savoir Ann Maina », indique le rapport de police.

Le policier a ensuite été arrêté et incarcéré au commissariat de Kaptebwa. Un pistolet avec deux cartouches et six cartouches usagées ont été récupérés.