La Famille Ablampa De Ningo Pétitionne La Police Pour Réprimer Les Activités De Garde Terrain

Maria

Prosper Kay

La famille Ablampa, de Ningo, qui possède plusieurs acres de terres agricoles à Odumse, une communauté du district de Shai Osu Doku de la région du Grand Accra, a demandé au conseil régional de sécurité de traiter impitoyablement les activités de garde-terre qui ont surgi dans la communauté d’Odumse. ces derniers temps.

Selon la pétition signée par l’avocat légitime de la famille Ablampa de Ningo, M. Benjamin Ashiatey, les activités de ces gardes fonciers, dirigées par un certain Abusuapanyin Samuel Kwame Tetteh, ont non seulement semé la peur et la panique parmi les autochtones d’Odumse et de ses environs, mais ont également affecté les moyens de subsistance et les activités des personnes qui y vivaient.

Arrière-plan
La famille Ablampa d’Odumse, dont les racines remontent à Ningo, est propriétaire légitime d’environ 636 acres de terres à Odumse, une communauté de Dodowa qui fait également partie de l’Alliance du Nord de Ningo.

Cependant, le 9 février 2024, un groupe de gardes fonciers et des jeunes hommes des familles Wedokum dirigés par ledit Abusuapanyin Samuel Kwame Tetteh ont attaqué des ouvriers travaillant sur certaines terres appartenant à la famille Ablampa.
Selon les rapports de police, l’argument de la famille Wedokum pour attaquer les ouvriers était basé sur le fait que les terres contestées qui ont été légalement vendues à Data Bank et Africa Support Network (ASN) par la famille Ablampa leur appartiennent et qu’ils ont continué la terre pour protéger leur héritage, une affirmation que la police a jugée trompeuse.
Les chèques indiquent que les terres en conflit, dûment enregistrées au nom de la famille Ablampa, ont depuis été vendues à Data Bank, Christian High International School et African Support Network par la famille Ablampa. La police trouve donc alarmante les revendications des familles Wedokum sur ces terres.

M. Benjamin Ashiatey dans la pétition ne pouvait pas non plus comprendre pourquoi les familles Wedokum utilisaient la force brutale pour revendiquer des terres qui avaient été dûment enregistrées au nom de la famille Ablampa par le chef de famille de l’époque, à savoir Ebenezer Teye Ablampa, dès 1979 et qui sont soutenues par la gazette. certificats de titres fonciers.

Il a en outre révélé qu’une tentative des chiites (familles Wedokum) d’enregistrer les terres de la famille Ablampa s’était retournée contre eux l’année dernière.

Il a appelé le conseil régional de sécurité à réprimer de toute urgence ledit Abusuapanyin Samuel Kwame Tetteh et ses acolytes qui ont fait de la communauté d’Odumse une ville terroriste où vivre.