La Commission des pêches plaide pour une utilisation responsable des ressources océaniques

Maria

Tm Ocean Day Pic

Mme Eunice Ofoli-Anum, directrice adjointe de la Division des enquêtes scientifiques sur les pêches (FSSD) de la Commission des pêches, a exhorté le public et les parties prenantes à utiliser les ressources océaniques de manière responsable.

Mme Ofoli-Anum a déclaré que l'objectif des parties prenantes est d'utiliser les ressources de l'océan de manière responsable tout en protégeant la biodiversité pour les générations futures.

Elle a lancé cet appel en présentant un exposé sur le Ghana et l'approche écosystémique des pêches (Programme EAF-Nansen), une collaboration pour la gestion durable des pêcheries et de l'océan au port de Tema, lors d'une célébration conjointe de la Journée mondiale de l'océan par le Centre norvégien de recherche. Navire, R/V Dr. Fridtjof Nansen, ministère de la Pêche et de l'Aquaculture et Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).

Dans le cadre du programme EAF-Nansen, le navire de recherche mène des recherches dans les eaux marines du Ghana pour recueillir des données scientifiques sur les ressources marines et les écosystèmes du pays, dans le cadre de l'engagement visant à améliorer la gestion des pêches et à renforcer les capacités des institutions de pêche.

Elle a déclaré que l’océan était une source vitale de sécurité alimentaire et de moyens de subsistance pour des millions de personnes dans le monde, d’où la nécessité de protéger et de pérenniser ses ressources.

Elle a souligné : « En célébrant la Journée mondiale des océans, nous faisons partie d'un mouvement visant à sensibiliser à l'impact des actions humaines sur l'océan et à promouvoir l'utilisation durable des ressources et des écosystèmes marins. »

Mme Ofoli-Anum a indiqué que la pêche était primordiale au Ghana, car environ 10 pour cent de la population du pays travaille dans le secteur de la pêche et la consommation annuelle moyenne de poisson au Ghana est supérieure à la moyenne mondiale estimée.

Cela, a-t-elle dit, souligne la nécessité pour le Ghana de garantir que les pêcheries sont gérées de manière durable en accordant une attention critique à ses ressources marines naturelles.

Le directeur adjoint de la FSSD a déclaré que pour développer ses capacités et renforcer ses systèmes de gestion des pêches, le Ghana est un partenaire de longue date du programme Nansen et a bénéficié de nouvelles connaissances grâce aux enquêtes menées avec le N/R Dr. Fridtjof Nansen.

« La première enquête au Ghana a eu lieu en 1981, avec le premier Dr Fridtjof Nansen. Depuis, 18 autres relevés ont été réalisés avec des navires consécutifs. Tous les navires sont des navires de recherche de pointe offrant des technologies de pointe », a-t-elle noté.

Elle a ajouté que le programme a également contribué à l'élaboration de politiques de pêche et de plans de gestion pour le Ghana, tels que les plans de gestion des pêches maritimes pour 2015-2019 et 2022-2026, déclarant que les connaissances générées ont contribué à éclairer diverses mesures de gestion des pêches.

M. Abdul-Aziz Ayaba Musah, vice-ministre de la Pêche et de l'Aquaculture, a déclaré que les eaux marines du Ghana sont riches en ressources halieutiques qui doivent être exploitées de manière durable pour bénéficier à la population et promouvoir le bien commun.

M. Musah a toutefois déclaré que le secteur est confronté à des défis tels que les pratiques de pêche illégales, non déclarées et non réglementées (INN), le changement climatique, la destruction de l'habitat marin et la pollution par les plastiques, entre autres, qui, selon lui, ont conduit à la surexploitation des pêcheries. ressources naturelles, l’épuisement des espèces de poissons et bien d’autres problèmes.

Il a indiqué que même si le ministère et la Commission des pêches, en collaboration avec diverses associations et agences de pêche, mettaient en place des mesures pour relever les défis et empêcher l'effondrement de l'industrie de la pêche au Ghana, il était difficile d'évaluer l'impact des mesures en raison de l'absence d'un navire de recherche dédié.

La Journée mondiale de l'océan est célébrée chaque année le 8 juin pour soutenir la mise en œuvre des objectifs de développement durable (ODD) à l'échelle mondiale et susciter l'intérêt du public pour la protection et la gestion durable des ressources de l'océan, qui couvrent plus de 70 % de la surface de la Terre.

La Journée mondiale de l’océan 2024 est célébrée à l’échelle mondiale sur le thème « Éveiller une nouvelle profondeur ».