Une femme de Kericho perd ses oreilles après un désaccord avec son mari

Maria

Une femme de Kericho perd ses oreilles après un désaccord avec son mari

Nancy Odindo, journaliste à Togolais.info, apporte plus de trois ans d'expérience dans la couverture de la politique, de l'actualité et des reportages dans les médias numériques et imprimés au Kenya.

Kericho – Une femme de la circonscription de Sigowet-Soin se remet actuellement des blessures infligées par son mari, qui lui a coupé les oreilles, alléguant une désobéissance.

Le commandant de la police du sous-comté, Peter Nthiga, a confirmé l'incident survenu le mercredi 8 mai, provoquant une onde de choc dans la communauté.

Pourquoi les oreilles de la femme Kericho ont-elles été coupées ?

Selon les rapports de police, l'homme a accusé sa femme de ne pas avoir suivi ses instructions, même si les détails précis concernant leur discussion et les circonstances ayant conduit à l'incident restent flous.

Nthiga a déclaré que les forces de l'ordre avaient lancé une chasse à l'homme pour retrouver son mari, qui a fui les lieux après l'événement tragique, comme le rapporte TV47.

Il a également encouragé les habitants à rechercher des moyens pacifiques pour résoudre leurs différends au lieu de recourir à des actions regrettables.

Une femme de Nairobi asperge d'huile bouillante le visage de son voisin

Lors d'un autre incident, une femme a été arrêtée pour avoir gravement blessé le visage d'un voisin qui aurait copié sa coiffure.

La victime est retournée à sa résidence à Dandora, dans le comté de Nairobi, tard dans la nuit et lorsque le suspect a remarqué une ressemblance dans leurs coiffures, elle s'est rapidement rendue chez un vendeur de poisson voisin, a saisi une cuillère avec de l'huile de poisson bouillante et l'a aspergée sur la victime.

Le désaccord a conduit au chaos, qui a ensuite abouti à une confrontation physique qui a laissé les dents de la victime déboîtées.

Après avoir entendu l'affaire, le suspect a été libéré moyennant une caution en espèces de 20 000 KSh ou une caution alternative de 50 000 KSh, en plus du règlement de la facture d'hôpital de la victime.

Relecture par Nyambura Guthua, journaliste et rédacteur en chef chez Togolais.info