Nakuru : La table tourne : un médecin qui a poursuivi son employeur réclamant 2 millions de KSh est condamné à payer 90 000 KSh

Maria

Nakuru : La table tourne : un médecin qui a poursuivi son employeur réclamant 2 millions de KSh est condamné à payer 90 000 KSh

Didacus Malowa, journaliste à Togolais.info, apporte plus de trois ans d'expérience dans la couverture de la politique et de l'actualité au Kenya.

Nakuru – La situation s'est retournée contre un médecin qui s'est adressé au tribunal pour demander une indemnisation après avoir démissionné de son emploi pendant la pandémie de COVID-19.

Juma Musa aurait démissionné après que l'hôpital dans lequel il travaillait aurait retardé le paiement de son salaire.

Musa a demandé à son employeur, Evans Sunrise Center à Nakuru, de lui verser 2 millions de KSh à titre d'indemnisation, à titre de dommages-intérêts pour ce qu'il qualifiait de licenciement abusif.

Le médecin est arrivé au montant colossal composé de 12 mois de salaire, de congés au prorata pour 10 mois, d'un mois de salaire en remplacement de préavis et de deux mois d'arriérés de salaire.

Un rapport de Nation précise que Juma a démissionné après avoir travaillé dans l'établissement médical pendant huit mois et a obtenu une autre opportunité au sein du Conseil de la fonction publique de Taita Taveta.

Comment le tribunal a-t-il statué dans le cas de Juma

Cependant, dans une tournure inattendue des événements, le tribunal a estimé que Juma avait eu tort de démissionner sans avoir intégralement signifié son préavis.

Le tribunal a également estimé que Musa avait démissionné de son propre gré après avoir obtenu un autre emploi dans le comté de Taita Taveta et non à cause de retards de salaire comme on le prétendait.

Dans sa décision, la juge Hellen Wasilwa du tribunal du travail et des relations de travail de Nakuru a rejeté la plainte pour licenciement abusif pour défaut de fondement.

Elle a en outre accordé à l'hôpital des dommages-intérêts majorés des intérêts au taux du tribunal à compter de la date du jugement.

« Le prestataire a reconnu qu'il n'avait pas respecté la totalité de son délai de préavis, ayant donné son préavis du 10 octobre 2021 au 31 octobre 2021. Le préavis était inférieur à 21 jours. Je considère donc que la demande reconventionnelle est prouvée dans cette mesure, et je accorder aux défendeurs 88 100 KSh », a statué Wasilwa.

Le tribunal annule la décision d'accorder 500 000 KSh à un étudiant de l'UoN

Dans un autre incident, un homme qui a poursuivi l'Université de Nairobi (UoN) pour confiscation de son diplôme au motif qu'il avait piraté le système informatique de l'université pour produire de faux relevés de notes s'est vu refuser le montant de 500 000 KSh accordé par la Haute Cour.

Le jugement de la Cour d'appel a été rendu après que l'université ait fait appel de la récompense, la jugeant excessive et générique.

Ils ont déclaré que cela créerait un dangereux précédent, ouvrant la porte à des étudiants incompétents qui pourraient dénoncer des violations de leurs droits pour ne pas avoir rempli les conditions requises pour obtenir légitimement un diplôme.