Le président du parlement du Ghana demande aux décideurs politiques de maintenir la paix dans le pays

Maria

Alban Kingsford Sumana Bagbin, the Speaker of Parliament with some other Guests of Honour launching the research fund of the University for Development Studies in Tamale.

Alban Kingsford Sumana Bagbin, président du Parlement, a appelé les décideurs politiques à faire preuve d’une gouvernance responsable afin de garantir l’équité et l’honnêteté des systèmes électoraux afin de prévenir la violence pendant les élections de cette année et après.

Il a déclaré que les décideurs politiques devraient promouvoir la paix par la participation, la qualité institutionnelle et la responsabilité.

Bagbin a lancé cet appel lors de la 18e École Harmattan 2024 organisée par l’Université d’études sur le développement et en collaboration avec l’Institut de recherche interdisciplinaire et de services de conseil de Tamale.

L’événement de plateforme de deux jours de cette année avait pour thème : « Gouvernance responsable, extrémisme violent et élections de 2024 ».

L’événement visait à engager des professionnels, des experts, des partenaires de développement et des universitaires à partager leurs points de vue sur le thème de l’Harmattan School de cette année afin de promouvoir davantage l’arsenal de solutions nécessaires pour accélérer le développement du Ghana en tant que phare de la paix.

Bagbin a déclaré qu’il est du devoir des décideurs politiques d’améliorer la consolidation de la paix en période d’élections, les multiples acteurs impliqués doivent coordonner leurs activités pour éviter les chevauchements et identifier les lacunes politiques.

Il a appelé l’organe de gestion citoyenne, les partis politiques et les électeurs à prendre la responsabilité de prévenir la violence liée aux élections en garantissant des élections pacifiques.

Bagbin a déclaré que l’indépendance de l’organisme électoral doit aller au-delà de la législation pour inclure la capacité de mener à bien son travail de manière indépendante et évidente pour le public.

Alhaji Shaibu Alhassan Shaibu, ministre régional du Nord, a déclaré : « La menace émergente d’extrémisme violent dans la région a accru la nécessité d’une approche stratégique et contextuelle pour prévenir l’extrémisme violent ».

« Le gouvernement a pris des mesures pour répondre à cette menace émergente. Il est important de noter que le Ghana est signataire de divers instruments internationaux contre l’extrémisme violent et le terrorisme, qui ont élaboré un cadre juridique pour prévenir et combattre l’extrémisme violent et le terrorisme dans le pays. pays ». Il ajoute

Il a également indiqué que, dans le cadre de l’engagement du gouvernement à prévenir l’extrémisme violent, le ministère de la Sécurité nationale a créé le Centre national de lutte contre le terrorisme et de fusion et a lancé une campagne nationale sur la prévention de l’extrémisme violent – ​​« Voir quelque chose, dire quelque chose » qui vise à attirer l’attention des citoyens. les citoyens à jouer leur rôle essentiel d’informateurs dans la diffusion d’informations critiques aux agences de sécurité pour qu’elles les traitent et prennent les mesures appropriées.

Il a ajouté que le gouvernement a également créé de nouveaux

postes d’immigration et a fourni au service d’immigration du Ghana des gadgets et du personnel essentiels pour patrouiller dans les communautés frontalières du Ghana.

M. Shaibu a déclaré que « le ministère de la Sécurité nationale collabore également avec le Conseil national pour la paix et le NCCE pour sensibiliser et renforcer la résilience des communautés frontalières afin de prévenir l’extrémisme violent.

Il a assuré que le gouvernement assumerait la responsabilité de veiller à ce que tout soupçon de manipulation du processus électoral soit écarté.

M. Martin Amidu, ancien procureur spécial, a déclaré : « Les trois branches du gouvernement doivent réaliser le bien général inscrit dans la constitution nationale du Ghana pour le bien-être social, économique, culturel et politique de son peuple souverain, informé par la doctrine de la séparation des pouvoirs et coordination des pouvoirs du gouvernement ».

Il a appelé le gouvernement à utiliser son pouvoir exécutif pour superviser des élections libres et équitables afin de prévenir l’extrémisme violent lors des élections de cette année.

Le Dr Adam Bonaa, analyste expert en paix et sécurité, a déclaré que le gouvernement devrait réduire l’écart entre les riches et les pauvres dans le pays pour prévenir l’extrémisme national.

Il a également exhorté le gouvernement à s’attaquer aux inégalités économiques, à la corruption, à la faiblesse des systèmes de gouvernance et aux problèmes de sécurité dans le cadre des mesures visant à prévenir l’extrémisme violent dans le pays, en particulier lors des élections de 2024 et après.

Dans le cadre de ce programme, le professeur Seidu Al-hassan, vice-chancelier de l’Université des études sur le développement, a lancé un fonds de recherche pour relever les défis en matière de ressources au sein de l’université.

Il a expliqué que le Fonds de recherche vise à soutenir l’avancement des connaissances et l’amélioration de la société.

Il a ajouté que le fonds soutiendrait les chercheurs de l’université pour leur permettre de mener des recherches de qualité qui mèneraient à de nouvelles innovations technologiques et amélioreraient également le développement du pays.

Il a appelé toutes les organisations à soutenir les fonds pour atteindre leurs objectifs.