Au Nigeria, Aliko Dangote est désormais mêlé au scandale de la Banque centrale

Maria

Au Nigeria, Aliko Dangote est désormais mêlé au scandale de la Banque centrale

Dangote Group, le plus grand conglomérat industriel du Nigeria, a reçu la visite des enquêteurs de l’EFCC le 4 janvier. L’agence anti-corruption soupçonne le groupe nigérian d’être impliqué dans des délits financiers durant le mandat de Godwin Emefiele, l’ancien gouverneur de la Banque centrale du Nigeria de 2014 à 2023, lui-même visé par une enquête pour corruption.

Cette perquisition dans les bureaux du groupe à Lagos s’inscrit dans le cadre de l’enquête menée par l’EFCC sur les allocations préférentielles de devises étrangères effectuées par l’ancien dépositaire du trésor nigérian. Actif dans les secteurs du ciment, des engrais et du sucre, et bientôt sur le point d’ouvrir une raffinerie, Aliko Dangote n’est pas la seule cible de l’EFCC.

52 entreprises sous surveillance

L’organisme nigérian anti-corruption cible au total 52 entreprises nigérianes, dont BUA, concurrent direct de Dangote Cement.

En novembre dernier, le groupe dirigé par Abdul Samad Rabiu avait accusé Aliko Dangote et sa holding de bénéficier d’opérations de change illégales, accusations réfutées par le géant panafricain des matériaux de construction. Selon les allégations de l’EFCC, ces entreprises auraient bénéficié de taux de change préférentiels pour acheter des dollars à prix réduit afin d’importer des matières premières et poursuivre leurs activités.

Jusqu’en juin 2023, date à laquelle Emefiele a été évincé par le président nigérian Bola Tinubu, la Banque centrale du Nigéria (CBN) appliquait plusieurs taux de change. Dans un communiqué du 7 janvier, le groupe Dangote a déclaré coopérer avec la EFCC. « Alors que nos représentants étaient encore au bureau de l’EFCC pour remettre les documents, une équipe de leurs agents s’est rendue dans nos bureaux pour exiger les mêmes documents d’une manière qui semblait destinée à nous causer un embarras injustifié », a déclaré le conglomérat.

Suspendu dans le cadre d’une enquête sur les activités de la banque centrale puis arrêté par l’agence de sécurité nationale, Emefiele a été libéré en décembre dernier après avoir payé une caution de plus de 300 000 dollars.

L’ancien gouverneur de la banque centrale est soupçonné de graves malversations, notamment de fraude dans l’attribution de marchés publics.

Comprendre l’Afrique de demain… aujourd’hui

Nous pensons que l’Afrique est mal représentée et largement sous-estimée. Au-delà des vastes opportunités qui se manifestent sur les marchés africains, nous mettons en avant les personnes qui font la différence ; des dirigeants qui inversent la tendance, des jeunes qui conduisent le changement et une communauté d’affaires infatigable. C’est ce qui, selon nous, va changer le continent, et c’est ce dont nous faisons rapport. Avec des enquêtes percutantes, des analyses innovantes et des analyses approfondies des pays et des secteurs, The Africa Report vous fournit les informations dont vous avez besoin.